Pour le Peuple de l’Equinox, la mort s’inscrit au mĂŞme titre que la vie dans le Grand Cycle. Mourir, c’est voir son essence (ou son âme) se dĂ©tacher de son enveloppe physique pour rejoindre le Darach, qui, de par son lien profond l’unissant Ă  la nature, Ă  la magie et la vie, la replacera ensuite dans une nouvelle incarnation, vĂ©gĂ©tale ou animale. La mort est librement acceptĂ©e sur l’Ă®le, car indissociable de la vie.

Si les pratiques et traditions funĂ©raires peuvent varier sur l’Ă®le, la mĂ©moire des dĂ©funts est communĂ©ment respectĂ©e. Chaque incarnation a jouĂ© son rĂ´le dans l’enchaĂ®nement inaltĂ©rable du Grand Cycle, et il est bon de s’en rappeler. Que le corps soit brĂ»lĂ© par Fearg, inhumĂ© dans le sol du Darach, immergĂ© dans les eaux purificatrices de Leacht, dispersĂ© dans le vent de Gaoithe ou offert aux animaux d’Adharc, Sionnach et Gliocas, autrement dit rendu Ă  la nature, son ancien possesseur est universellement veillĂ© pendant une journĂ©e et une nuit par ses proches et ses amis, qui Ă©voqueront des souvenirs lui Ă©tant liĂ©s.